Le Castellet

La population du Castellet en 1921

Nous avons retrouvé sur le site des Archives départementales le recensement de 1921 au Castellet, en voici le détail. Rappelons qu'à cette date le département des Basses-Alpes compte à peine plus de 90 000 habitants.

Tableau récapitulatif de la population inscrite sur la liste nominative et répartition de cette population
Tableau

 

En 1921 le maire du village est Pierre Renoux, il a 63 ans, il est marié avec Honorine, leur petite fille Fernande âgée de 10 ans est orpheline et vit avec eux. Fernande est la maman de Jean-Pierre Armelin.
PierreRenoux
Pierre Renoux


L’instituteur est Léopold Arnoux. Natif du Castellet, il a 38 ans, il est marié avec Henriette, ils n’ont pas d’enfant.
1 cole ArnouxLéopold Arnoux et ses élèves dans les années 20 (voir l'article sur l'école)

André Bouffier, né en 1879 à Forcalquier, est le curé du Castellet. Il vit avec ses parents Joseph et Rose au presbytère (actuel logement communal situé à coté de la bibliothèque).
BouffierLe curé Bouffier

Deux familles d’origine italienne habitent le quartier des Bernards.

Michel Orlandini né en 1886 en Italie exerce le métier de charbonnier :

« Les Italiens du nord ont fourni l’essentiel des charbonniers des Alpes du sud entre 1860 et la guerre de 39-45. Pour édifier une charbonnière il fallait empiler en arc de cercle des rondins de bois qu’on recouvrait ensuite de feuilles et de terre bien tassées avant d’y mettre le feu. La cuisson durait entre dix et quinze jours, 24 heures sur 24. Lorsque la cuisson était terminée c’était l’heure de défourner. On ouvrait la charbonnière pour récupérer, après refroidissement, le charbon de bois ». (Lou Badaou janvier 2020)


Antoine Nervi né en 1882 en Italie est scieur de long :

« Les scieurs de long travaillaient en binôme pour débiter des planches dans de beaux troncs bien droits et sans nœud Les scieurs commençaient par tracer une ligne droite sur le tronc à l’aide d’un cordeau et de poudre bleue ou ocre pour délimiter la ligne de coupe. Il fallait ensuite suivre parfaitement cette ligne alternativement de chaque côté du tronc et autant de fois qu’il y avait de planches à débiter ». (Lou Badaou janvier 2020)


Gabriel Beaudun est le meunier. Il habite le moulin avec sa famille. Ses deux fils aînés Jean et Léon exercent la même profession que leur père. Léon est le père d’André Beaudun. Jean Beaudun a été le dernier meunier du Castellet.

Pierre Richaud est cordonnier. Son atelier est situé dans la Carrière face à l’Endronne (actuelle maison de la famille Merlin).

Célestin Gilly est le boulanger. La boulangerie est située dans la Carrière (actuelle maison de Mme Pariggi) et le four se trouve derrière l’abri bus.

Pour tous les autres habitants la profession est propriétaire exploitant ou cultivateur ou berger.