Le Castellet

Ce dépliant au format PDF (4 pages A4) vous permettra de parcourir les rues du Castellet et de découvrir l'histoire du village ainsi que ses bâtiments remarquables.

<<< Télécharger ICI >>>

L'Office de Tourisme communautaire de la DLVA, sous la houlette de son directeur, M. Jean-Frédéric Gonthier, a délégué sept membres des bureaux d'information de Manosque, Gréoux-les-Bains, Riez et Oraison dans notre vallée de Rancure. Objectif : lÉductour, un voyage de formation afin que les agents soient à même de proposer et conseiller une destination, un type de forfait ou un hébergement à leurs clients grâce à la découverte faite sur le terrain et aux connaissances acquises. À cette fin, une personne en charge des Éductours organise et propose des journées ou demi-journées afin de faire connaître des prestataires (activités, musées, visites, hébergements, etc.) des lieux. Chaque lieu est choisi en fonction des demandes des agents, des connaissances, des actualités, des nouveautés sur le territoire DLVA.

Fin janvier, après une visite à  l’observatoire de Puimichel, à la distillerie Rome, et au plateau d'Entrevennes avec ses points de vue et ses lavandins, le groupe est venu au Castellet découvrir le parcours historique installé dans les rues du village et le petit conservatoire des outils ruraux. Un dépliant descriptif a été conçu par la municipalité du Castellet pour être distribué dans les divers offices de tourisme.

<<< Télécharger le dépliant - CLIQUER ICI >>>

2021 Off Tourisme1
En présence de notre maire, Benoit Gouin, et de la présidente de Castellum, Annie Giraud, les membres des offices de tourisme sont venus à la découverte du Castellet.

2021 Off Tourisme2
Les plaques du parcours historique sont l’objet d’une attention particulière puisqu’elles racontent des événements marquants de l’histoire du village…

2021 Off Tourisme3
… ou parce qu’elles mettent à l’honneur des personnages importants nés ou ayant vécu dans la commune. Le parcours permet aussi de faire l’historique des bâtiments tels que l’église, l’ancien moulin à huile…

2021 Off Tourisme4
… ou les fontaines et lavoirs qui ont permis à la population d’avoir l’eau à portée de main, bien avant que ce bien précieux n’arrive directement à l’évier.

2021 Off Tourisme5
Enfin le conservatoire des outils ruraux a été fort apprécié pour son aspect pédagogique ainsi que pour le soin apporté par la commune à la présentation générale avec les superbes grilles de protection réalisées par nos employés.

Le 15 mars 2020, la liste menée par Benoît Gouin, a été élue avec 96% des suffrages. Nous avons donc un nouveau conseil municipal qui n'a pu se mettre en place qu'au début du mois de juin en raison de la crise sanitaire du Covid-19 et du confinement qui s'en est suivi. Lors de sa première réunion le conseil municipal a élu Benoît Gouin maire du Castellet, Hélène Buisson première adjointe et Louis Mistral deuxième adjoint.

2020Conseil1
De gauche à droite : Hélène Buisson, Benoît Gouin et Louis Mistral.

2020Conseil2
De gauche à droite : Séverine Cruisson, Christine Bonnafoux, Jean-Luc Bonnafoux, Pascale Boutin.

2020Conseil3
De gauche à droite : Daniel Buisson, Laetitia Di Giovanni, Mireille Machu, Stéphane Reboul. 

En 2002 André Laurent, président d’honneur de Castellum, a sorti de sa léthargie un document que l’Histoire ne retiendra pas mais important pour l’histoire de notre village. Il s’agit du journal écrit en 1885 par Gabriel-Pierre Fabre, curé du Castellet. André Laurent a fait des recherches généalogiques et historiques sur la vie de Gabriel-Pierre Fabre pour rédiger la préface et a reproduit ce carnet. Un exemplaire est disponible à la bibliothèque. 

A la fin de cet ouvrage, André Laurent remercie ceux qui ont contribué à cette réalisation : « Merci à vous tous, à Paulette Armelin, épouse Roy, et à Jean-Pierre Armelin et à leurs enfants d’avoir répondu avec la plus grande générosité à la sollicitation de Lucien Grouiller qui a persuadé ses amis du plus grand intérêt de ce manuscrit et afin que cet authentique document, reflet d’un moment de l’histoire du village, puisse être fidèlement reproduit et demeurer à la disposition du visiteur dans notre bibliothèque communale. » 

Gabriel-Pierre Fabre est né le 7 décembre 1813 à Saint-Geniez, il est ordonné prêtre le 29 juin 1838 à Digne. En 1881 il est nommé dans la paroisse du Castellet où il restera pendant 27 ans, jusqu’à la fin de sa vie. Il décède le 20 janvier 1908 à l’âge de 95 ans. 

Voici quelques extraits de ce journal que Gabriel Fabre a rédigé sur un almanach d’un grand magasin parisien Le Printemps.

Annie Giraud, présidente de Castellum

 FABRE

Gabriel-Pierre Fabre (1813-1908) 


Mardi 24 mars 

[…] Temps impétueux, glacial, épouvantable, surtout à Entrevennes où on dirait que tous les démons sont sortis de l’enfer pour leur sabbat diabolique […]  

Lundi 13 avril 

[…] Apparition à la chapelle de Saint-Pierre dont je vois avec peine le crépissage de la voûte se détacher de plus en plus. Je monte sur le toit que je trouve dans l’état le plus déplorable. Cette toiture très mal faite a d’abord une pente excessive qui permet aux tuiles de glisser et ensuite les soliveaux sont si écartés que plusieurs tuiles passent entre et tombent sur la voûte. 

Vendredi 17 avril 

[…] Le temps continue d’être légèrement à la pluie ce qui favorise beaucoup les 300 salades que je viens de planter ainsi que les autres plantes du jardin, choux, oignons, épinards et aulx. Avec plaisir j’ai pu donner à plusieurs de nos gens beaucoup de nos salades à planter. 

Samedi 18 avril 

Jour de foire au Castellet. L’incertitude du temps retient certainement beaucoup de monde, et cependant les vendeurs et les acheteurs de brebis et de moutons arrivent, et beaucoup de ventes de cette sorte se concluent assez rapidement. […] Les journaux annoncent un renouvellement des tremblements de terre en Espagne, notamment dans les environs de Grenade. Nouvelles terreurs et nouvelles pertes de maisons. Heureusement grâce aux précautions prises par suite des précédentes expériences il n’y a eu jusqu’ici, cette fois aucune victime. Deo gratias !!! 

Lundi 20 avril 

Messe pour la défunte Rose Féraud de Valbonette. Son neveu héritier paie tous les frais funéraires. M. Clamagéran ministre des finances découragé par l’état de la caisse et par l’impossibilité de présenter un budget convenable, donne sa démission. On le dit remplacé aux finances par M. Sadi Carnot qui avait le ministère des travaux publics. 

Vendredi 24 avril 

[…]  J’ ai commencé hier au soir à semer des haricots nains sous le gros poirier, encouragé par le beau temps que nous avons depuis quelques jours. La terre est malheureusement beaucoup trop sèche pour la saison et la pluie ne paraît pas près de venir. 

Samedi 25 avril Saint-Marc 

Messe et procession de Saint-Marc où la presque totalité des femmes et des enfants a assisté ainsi que les quelques hommes d’usage. Tout s’est admirablement passé pour la tenue et le chant. Aussi devrai-je demain exprimer ma satisfaction. Après la cérémonie, bénédiction de la graine de vers à soie de Mmes Laurent, Arnoux, Renoux, Jaubet, Tardieu, Renoux, Esmiol, Villard, Etienne, Silvy. 

Lundi 27 avril 

[…] Depuis hier au soir, il tombe une pluie assez abondante et sans trop de discontinuité qui satisfait tout le monde et donne les meilleures espérances pour les récoltes et les fourrages qui étaient en souffrance. 

Dimanche 3 mai

[…] Procession autour du village à laquelle ont assisté quelques hommes et la presque totalité des femmes. 

Samedi 9 mai 

Après-midi je vais à la chapelle de Saint-Pierre afin de tout disposer pour la messe de lundi. Ainsi que je l’avais annoncé dimanche à l’église je coupe ce gros sureau qui était à côté de la chapelle et qui servait d’échelle aux enfants pour monter sur la toiture qui est en très mauvais état et qui était ainsi massacrée. J’avertis nos gens de ce mauvais état de la toiture qui a été mal construite et qui ne peut être réparée qu’en la refaisant en entier : ce qui exigera une dépense de plus de 300  ; appel aux âmes généreuses de nous procurer cette somme. 

 

Suite à la précédente publication de la photo du Castellet en 1919 et de ses commentaires, nous avons eu des questions et des compléments d’informations.

• Concernant la photo du village en 1919 Marjorie Périssol s’étonne de ne pas y voir le monument aux morts. Un très ancien numéro du Badaou de 1974 nous apporte la réponse. Après avoir été financé par une souscription ouverte auprès des habitants de la commune, il a été construit en 1922 par M. Chappon, tailleur de pierre à Oraison, sur un terrain offert à la commune par M. Théophile Reboul.

• M. et Mme Henri et Mireille Bégliomini (Le Souvenir français - Forcalquier) nous apportent un renseignement complémentaire sur la loi qui a prévu de rendre hommage à nos Morts de la Première Guerre mondiale de 14-18. Les monuments aux morts ont commencé en 1920 dans le département des Basses-Alpes. Plus de renseignements en suivant ce lien :

https://le-souvenir-francais.fr/la-loi-du-25-octobre-1919-et-sa-posterite/

• Par ailleurs M. Alain Robert (Les Amis des Mées) ajoute que les Méens remarquent que le vallon de la Fouent entraine les mêmes désagréments que leur vallon de la Combe. Ces deux vallons ont de grands bassins versants qui reçoivent en cas d'orages violents un volume d'eau qui gonfle ces vallons d'évacuation. Aux Mées un garde était payé pour mettre des planches aux entrées de rues pour éviter que l'eau et les galets envahissent le haut du village.

Commentaires

LeCastellet1912
Au Castellet aussi au carrefour de la Croix quatre pierres avec des encoches étaient placées pour recevoir des planches pour protéger le village des gros volumes d’eau apportés par le vallon de la Fouent. Un seule est encore visible aujourd’hui, elle sert de support à un réverbère. Il en était de même au quartier des Bernards où des planches protégeaient la rue des Jardins (au niveau du lavoir des Bernards). D’ailleurs des murs couraient tout le long du vallon jusqu’à son confluent avec le Rancure. Ces murs visibles sur la photo de 1919 le sont encore mieux sur une carte postale encore plus vieille (1912) où nous avons mis en évidence quelques indices :

1 - Arrivée du torrent dans le vallon depuis le plateau de Brigadel.

2 - Murs de protection tout le long du lit du torrent de la Fouent pour protéger le village.

3 - Chemin étroit aujourd’hui disparu situé en contrebas du vallon et protégé par le mur, permettant de se rendre depuis la rue des Jardins vers les dernières maisons du village au quartier des Bernards.

4 - Écoulement des eaux du vallon de la Fouent en crue dans le Rancure, lui-même bien plein.

PlaceBarri
La gorge située dans la dernière pierre du mur protégeant la place du Barri permettait d'engager des planches pendant les crues pour mettre le village à l'abri.

AncienneCoussireUne gorge identique assurait la même protection dans le vallon de la Fouent au niveau du passage vers la rue des Jardins. Ce passage n'était utilisé que pour sortir du village et aller vers les olivettes (archives d'André Laurent).

LeCastellet COUSSIERE
Relevé d'archives d'André Laurent représentant l'ancien chemin situé en contrebas du mur de canalisation du torrent de la Fouent, qui permettait d'accéder aux plus lointaines habitations du quartier des Bernards. Aujourd'hui on y va par le lit du torrent aménagé en route goudronnée.