Le Castellet

Expo Centenaire 14-18

Expo Centenaire 14-18

Cette année encore l'association Castellum organise une exposition sur les soldats du Val de Rancure tués à la guerre en 1916. D'autres sujets sont également traités dans cette exposition de mémoire.
Vous êtes donc invités à découvrir ces pages de notre histoire locale le 20 novembre (voir détails sur l'affiche reproduite ci-dessous).
Enfin ne manquez pas le concert gratuit que vous offre Castellum à partir de 18 heures. L'ensemble Plain-Chant propose un contenu de très haute teneur et d'une exceptionnelle qualité tant par le choix des textes ou des chansons que par l'exécution irréprochable. À ne manquer sous aucun prétexte !

AFFICHE2016

Découvrez maintenant le contenu du concert grâce à l'affiche spécifique et à la présentation faite par Régis Desjasmin.

BalladeMassacres

La Ballade des Massacrés - présentation du spectacle

Les textes lus sont extraits des récits pacifistes de Jean Giono avec, en alternance, s'opposant ou résonnant avec ces textes, des chansons qui ont "fait la guerre"  – la Grande –  dans la voix et le cœur des combattants.
Giono raconte Verdun, comme il l'a vécu, les conditions inhumaines dans lesquelles les soldats ont essayé de survivre ; il évoque aussi les révoltes de 1917 et la répression féroce du Commandement.
Les chansons, dont le choix s'est voulu représentatif de l'état d'esprit du poilu, vont de l'enthousiasme belliqueux des débuts : "C'est la guerre qu'il nous faut" (T. Botrel), ou "Ma mitrailleuse!" (V. Scotto)... à l'expression de sa souffrance physique et morale : "Complainte du front" (E. Merle) ou "La chanson de Craonne" (anonyme). Sans omettre la part humoristique de certains refrains, nécessaires "bouffées d'air" dans cet univers de désolation.
À la fin du spectacle, une très belle chanson de G. Couté, "Nos vingt ans", fait écho à un puissant plaidoyer contre la guerre : "Il faut plus de virilité pour faire un enfant que pour tuer un homme", dit Giono.

Accordéon et guitare soulignent la force évocatrice de la parole de l'écrivain et celle, anonyme, des "massacrés" de 14-18.

Par L'ensemble Plain-Chant, voix, guitare, flûte.
Philippe Payraud, ou Régis Dejasmin, lecteur.
Riton Palanque, accordéon .
Coproduction Groupe Vocal Régis Dejasmin-Centre Jean Giono, Manosque.

Plainchant

L'ensemble Plain-Chant